Entrevue avec Sabrina Vigneux

Pourquoi avez-vous choisi d’être membre de la Table citoyenne?

« C’est plutôt la Table citoyenne qui m’a choisie. En tout premier lieu, j’ai été interpellée par l’annonce que j’ai vue dans La Presse. Pour moi qui travaillais avec des institutions de l’État dans le domaine privé, je voulais essayer de rapprocher les institutions des citoyens qui les utilisent, et un peu de concevoir la façon dont une institution échange avec un citoyen comme un fournisseur de services au centre duquel se trouve le citoyen. C’était de concevoir les élections et le service que rend Élections Québec de cette façon-là. De remettre l’utilisateur, ou citoyen, au centre de tout ça et en fait d’offrir une nouvelle façon de voir la relation du citoyen et de l’élection. »

Que retirez-vous de votre expérience comme membre de la Table citoyenne?

« Beaucoup de choses. Tout d’abord, il faut souligner la possibilité d’échanger avec des personnes avec qui, normalement, je n’aurais pas eu la chance d’échanger et d’en apprendre beaucoup sur la logistique et la façon dont opèrent Élections Québec et toutes les institutions qui y sont rattachées. D’avoir la chance d’échanger avec des personnes de partout au Québec et de voir leur façon de voir les choses, qui n’est pas nécessairement la mienne, mais qui me permet aussi d’enrichir ma façon de voir les choses et de challenger mes perceptions, mes bias [préjugés]. »

Retour à la page des membres de la Table citoyenne.