Entrevue avec Samuel Morin

Pourquoi avez-vous choisi d’être membre de la Table citoyenne?

Résidant dans une des plus belles régions du Québec, la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, je crois premièrement qu’une représentation régionale est essentielle, car je crois que les réalités régionales ne peuvent être comprises sans l’apport des gens qui y vivent. Fournir cet apport est pour moi important. La capacité d’action d’une société dépend du système politique dans lequel elle se trouve et celui-ci doit refléter les valeurs de la population qu’il sert. Mettre l’épaule à la roue pour permettre l’amélioration de notre système fait également appel à mon sens civique. En effet, pour moi, laisser d’autres personnes s’occuper des débats, sans y participer, réduit les opinions et les avenues d’améliorations possibles.

Quels enjeux, en lien avec la démocratie, vous interpellent particulièrement?

Les enjeux qui m’interpellent le plus sont ceux de la réforme du mode de scrutin et du financement des partis politiques. Je crois qu’il faut ouvrir notre système politique à de nouveaux horizons, puisqu’une partie des électeurs ne s’y retrouve plus. Il faut le faire, mais on ne doit pas oublier les électeurs qu’il sert encore bien, ni perdre l’idée de la représentation des régions dans le processus. Le financement des partis politiques est aussi très important, puisque certaines de ses dérives ont conduit au cynisme d’une partie de la population vis-à-vis la politique, d’où l’importance de veiller à son intégrité.

Retour à la page des membres de la Table citoyenne.