Le DGEQ recrute des directrices ou des directeurs du scrutin - Recherchés : des acteurs importants de la démocratie pour onze circonscriptions de la région de la Montérégie

28 novembre 2012

Québec, le 28 novembre 2012 – Le Directeur général des élections du Québec (DGE) vient de lancer un concours de recrutement visant à pourvoir l’emploi de directeur du scrutin dans onze circonscriptions électorales de la région de la Montérégie. Il s’agit de Beauharnois, Borduas, Brome-Missisquoi, Chambly, Granby, La Prairie, Marie-Victorin, Sanguinet, Soulanges, Taillon et Vachon. Pour chacune des circonscriptions, l’objectif est de nommer un acteur important de la démocratie dont le mandat sera de représenter le DGE. Ainsi, il organisera et tiendra des événements électoraux, tels que des élections générales ou partielles. Les personnes intéressées auront jusqu’au 14 décembre prochain, 16 h 30 pour postuler. Un processus de sélection en deux étapes permettra de choisir une directrice ou un directeur du scrutin qui sera nommé pour une période de 10 ans.

Ce concours vise également à recruter des directeurs du scrutin dans plusieurs autres circonscriptions électorales, dont la liste se trouve sur le site Web du DGE, à l’adresse www.electionsquebec.qc.ca.

« Être directeur du scrutin dans une circonscription de la Montérégie est un défi enlevant, a souligné le directeur général des élections, M. Jacques Drouin, parce que c’est une façon de se retrouver au cœur du processus démocratique, à l’occasion d’événements marquants dans la vie locale et régionale. » 

Un travail varié, requérant impartialité et sens de l’organisation

Le dirteur du scrutin doit mettre en œuvre un chantier électoral qui représente de nombreux défis : il faut planifier, organiser, réaliser et contrôler les activités qui assureront l’exercice du droit de vote des électrices et des électeurs, dans le respect des dispositions de la Loi électorale et des directives du DGE.

Le contact avec les électeurs, les candidats et leurs représentants est au centre de la tâche, puisque le directeur du scrutin informe et accompagne tous les acteurs concernés pour assurer le bon déroulement du vote. Une bonne connaissance de sa circonscription est essentielle, de façon à pouvoir adapter la gestion de l’événement électoral aux circonstances de l’élection et aux caractéristiques du milieu.

Quant à l’impartialité, c’est une condition essentielle à l’exercice des fonctions de directeur du scrutin. Elle lui assure en effet la crédibilité et le respect de tous, et elle garantit l’intégrité nécessaire à tout exercice démocratique.

Un intérêt personnel… un appui institutionnel

La personne qui sera choisie pour occuper l’emploi de directrice ou de directeur du scrutin aura sans doute un intérêt personnel bien affirmé pour la démocratie et voudra mettre en valeur le système électoral québécois auprès des électrices et des électeurs de la circonscription. « Je peux assurer à cette personne qu’elle sera bien appuyée par l’institution du DGE, a déclaré M. Drouin, puisqu’elle bénéficiera d’une formation spécifique à l’emploi, en plus d’un soutien professionnel adapté à ses besoins. »

Soulignons en plus qu’un directeur du scrutin touche une rémunération approximative de 19 000 $ pour environ six semaines de travail durant une élection.

Pour plus d’information sur le concours de recrutement d’un directeur du scrutin, il est possible de consulter le site Web du DGE à l’adresse www.electionsquebec.qc.ca.

 

– 30 –



Catégories : Système électoral, DGE