Candidatures aux élections municipales du 3 novembre - Le DGE présente un bilan des candidatures dans les municipalités où résident 5 000 personnes et plus

11 octobre 2013

Québec, le 11 octobre 2013 – Plus de candidats mais moins de partis politiques qu’en 2009 cherchent à obtenir le vote des électeurs en vue des élections générales du 3 novembre prochain dans les municipalités où résident plus de 5 000 personnes. C’est ce qui ressort d’un bilan produit par le Directeur général des élections du Québec (DGE) au terme de la période de mise en candidatures, le 4 octobre dernier. Les candidatures féminines représentent moins de 30 % de l’ensemble des candidatures, dans les 184 municipalités faisant l’objet du portrait présenté par le DGE. On note également qu’une majorité de candidates et de candidats ont plus de 50 ans.

Le DGE s’intéresse particulièrement aux municipalités de 5 000 habitants et plus parce qu’elles sont soumises aux règles sur les contributions et les dépenses électorales du chapitre XIII de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LERM). L’application de ces règles est sous la responsabilité du Directeur général des élections. 184 municipalités ainsi assujetties tiennent des élections générales le 3 novembre. Elles regroupent 88 % de la population du Québec.

Les partis politiques

À ce jour, 180 partis politiques municipaux détiennent une autorisation du Directeur général des élections, la première condition nécessaire à leur existence. 194 partis étaient autorisés lors des élections générales municipales de 2009. Il y a donc moins de partis autorisés en 2013 qu’il y a quatre ans et ce, malgré que la présente année ait vu doubler le nombre de demandes d’autorisations, si l’on compare à celles reçues durant l’année 2009. On doit donc comprendre que le nombre de partis politiques avait baissé significativement durant les trois années précédant la présente année électorale et se situait à 119 à la fin de 2012. C’est un sursaut des demandes qui a fait que l’on se retrouve, finalement, avec des chiffres assez comparables à ceux de 2009.

En ce moment, il y a des partis politiques dans 85 des 184 municipalités de 5 000 habitants et plus où il y aura des élections le 3 novembre. La durée de vie moyenne d’un parti politique au niveau municipal est de six ans et la plus ancienne autorisation accordée par le DGE l’a été à l’Équipe Robitaille, à Terrebonne, qui est autorisée depuis 1985. 

Les candidatures

Les partis politiques autorisés présentent un total de 1 728 candidates et candidats en vue des élections générales. 1 767 candidats de parti étaient en lice en 2009, ce qui veut dire que l’on en dénombre environ 2 % de moins cette année.

Toutefois, pour l’ensemble des municipalités où résident plus de 5 000 personnes, on note une augmentation de 13 % du nombre total de candidats, si l’on compare aux élections de 2009. 4089 électrices et électeurs ont déposé une déclaration de candidature cette année, comparativement à 3 616 il y a quatre ans.

Le nombre de candidat(e)s indépendant(e)s autorisé(e)s a pour sa part augmenté de 30 % par rapport aux dernières élections générales municipales. Ces candidates et candidates, non liés à un parti politique, se servent de leur autorisation pour recueillir des contributions et faire des dépenses électorales d’ici le 3 novembre prochain. Le DGE avait déjà noté une forte recrudescence (+ 63 %) des demandes d’autorisation précédant la période électorale qui a débuté le 20 septembre dernier. Il s’agissait de personnes qui s’étaient engagées à devenir candidates indépendantes autorisées et qui désiraient commencer plus tôt cette année à recueillir des contributions et à faire des dépenses pour favoriser leur future candidature. C’est la forte augmentation du nombre de candidats indépendants autorisés qui explique le plus grand nombre de candidatures, au total, et ce malgré le fait que dans l’ensemble, les partis politiques municipaux présentent un peu moins de candidates et de candidats qu’il y a quatre ans.

Soulignons que pour la présente élection, 105 candidates et candidats indépendants n’ont pas encore demandé à se faire autoriser (comparativement à 113 en 2009), ce qui laisse présager qu’elles n’ont pas l’intention pour l’instant de faire de dépenses pour promouvoir leur candidature.

485 candidatures ont été déposées auprès du président d’élection de la Ville de Montréal, soit 85 de plus (hausse de 21 %) par rapport aux élections de 2009. À Laval, l’augmentation du nombre de candidatures est de 133 % : 147 en 2013, par rapport à 63 candidatures en 2009.

Les hommes et les femmes

Pour l’ensemble des 184 municipalités assujetties au chapitre XIII dela LERM, on compte 1 163 candidatures féminines, ce qui représente 28 % de l’ensemble des candidatures pour ces municipalités. On dénombre dans les faits 91 candidates à la mairie et 1 072 candidates à un poste de conseiller. Par comparaison, en 2009, 75 femmes avaient sollicité le poste de mairesse et 865 se sont présentées comme conseillère de leur municipalité, soit une proportion de 26 % du total des candidatures. En 2013, 35 % des candidatures de partis sont féminines, alors que les femmes représentent 24 % des candidat(e)s indépendant(e)s autorisé(e)s.

L’âge des candidates et candidats

Dans les municipalités où résident plus de 5 000 personnes, plus de la moitié (55 %) des candidates et candidats sont âgés entre 50 et 70 ans. Les 35-50 ans représentent 30 % des candidatures, alors que 10 % seulement des candidates et candidats ont moins de 35 ans. Six candidates et candidats qui sollicitent le vote des électeurs le 3 novembre ont moins de 20 ans.

Pour obtenir un portrait qui présenterait l’ensemble des candidatures dans les 1 103 municipalités qui seront en élection le 3 novembre prochain, on peut consulter les données compilées par le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT) et présentées sur son site Web à l’adresse : http://origin.electionsmunicipales.gouv.qc.ca/candidatures-et-resultats-2013.

 

– 30 –



Catégories : Municipal, DGE, Élections générales et MRC 2013