Participation à l'élection générale du 7 avril 2014 - Stabilisation du taux de participation au Québec

29 octobre 2014

Québec, le 29 octobre 2014 –– Une étude rendue publique aujourd’hui et portant sur la participation des électrices et des électeurs québécois à l’élection générale provinciale du 7 avril dernier, révèle une stabilisation du taux de participation. À titre d’exemple, en 2014, la participation des jeunes a atteint un niveau comparable aux taux de 2003 et 2007. Le déclin de la présence des jeunes constaté en 2008 et qui s’était résorbé en 2012, n’est donc pas réapparu. Cette présence des jeunes électeurs a donc contribué à stabiliser le taux de participation qui se situe généralement entre 70 % et 75 % depuis les élections générales de 2003.

De plus, à l’aide des données recueillies pour cet exercice, il est possible de conclure que la tendance à la baisse observée depuis plusieurs années s’explique en grande partie par le fait que les électeurs des plus récentes cohortes votent moins que ceux des cohortes antérieures. Les jeunes seraient donc en partie responsables du déclin de la participation électorale au Québec. « Ce constat nous confirme dans la nécessité de poursuivre nos efforts dans la mise en œuvre de nos programmes d’éducation à la démocratie destinés aux jeunes électeurs», a indiqué la Directrice générale des élections, Me Lucie Fiset.

L’étude, réalisée par la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l’Université Laval en collaboration avec le Directeur général des élections du Québec, présente pour la première fois des données par région électorale.

Taux de participation par groupe d’âge et région

Lorsque l’on analyse les taux de participation dans 16 régions électorales du Québec, on note que de façon générale, on vote plus en milieu urbain que dans les régions périphériques, un phénomène qui semble référer à la présence de jeunes électeurs. Ainsi, dans trois régions situées au nord et dans l’est du Québec les taux de participation sont inférieurs à 40 % chez les 18-24 ans, alors qu’ils sont de 60 % et plus sur l’Île-de-Montréal, dans la région de la Capitale-Nationale et dans celle de Laval.

Taux de participation par groupe d’âge et par sexe

L’élection d’avril dernier a confirmé une tendance remarquée depuis plusieurs élections générales, à savoir que le taux de participation augmente avec l’âge des électrices et des électeurs. Cette progression est constante de l’un à l’autre des six groupes d’âge qui vont de 18 à 24, jusqu’à 65 à 74 ans. On observe cependant un fléchissement important de la participation pour la catégorie des 75 ans et plus.

Tout comme pour les élections antérieures, les femmes de moins de 65 ans ont généralement un taux de participation plus élevé que les hommes, une tendance qui s’inverse chez les 75 ans et plus, tranche d’âge où le taux de participation des femmes est de 66,85 % et celui des hommes de 76,11 %.

Des tableaux statistiques qui présentent différents résultats de l’étude peuvent être consultés sur le site Web de la Chaire de recherche sur la démocratie et les institutions parlementaires de l’Université Laval, à l’adresse http://democratie.chaire.ulaval.ca/index.php?pid=1084&n=760

Le titulaire de la chaire, M. François Gélineau, est disponible pour répondre aux questions des médias.

 

– 30 –



Catégories : Provincial, Système électoral, DGE, Élections générales 2014